Recherche Agronomique

 

 

  • Partenariat ENSAIA-LSE-Ferme du Plateau de Haye
  • Proposition de diagnostic environnemental approfondi du site de la Ferme et suivi de parcelles expérimentales de maraichage par les sciences participatives.
  • La Ferme du plateau : Directeur : Alexandre LAMARQUE
  • Responsable du maraichage : Martin FYAD
  • Responsable de la recherche agronomique : Ghislain GHOURBI
  • ENSAIA & LSE : Apolline Auclerc, Maître de Conférences
  • Elèves : groupe de 10 étudiants de 3eme année ENSAIA de la spécialisation Sciences et Génie de l’Environnement

 

Etat des lieux du rapprochement des partenaires et de leur projet

Ce projet est proposé par la Ferme du plateau de Haye. Une ferme pédagogique et expérimentale construite au sein du parc des Carrières et soutenue par la ville de Maxéville et la Métropole du Grand Nancy. Cette ferme se veut un lieu convivial, assurant la cohésion sociale du quartier et la sensibilisation des habitants au développement durable. Pour cela, elle expérimente et présente des techniques alternatives d’agriculture, d’éco-construction…

Dans l’objectif de réaliser des expériences plus poussées et rigoureuses, la Ferme du plateau a souhaité travailler avec l’école d’ingénieur en Agronomie de Nancy (ENSAIA) et l’Institut national de rechercher agronomique (INRA).

Ainsi, après avoir contacté divers professeurs et laboratoires nancéens, un partenariat a pu être mis en place avec la spécialisation Sciences et Génie de l’Environnement (SGE) de l’ENSAIA et le Laboratoire Sols et Environnement (LSE), représentés dans ce projet par Apolline Auclerc, Maître de Conférences à l’ENSAIA et écologue-biologiste des sols. Le LSE est spécialisé dans l’écologie urbaine et la réhabilitation des friches urbaines et industrielles, par l’étude des sols et de leur qualité (fertilité et pollutions). 

Une première rencontre entre les partenaires nommés ci-dessus a eu lieu le jeudi 31 mai 2018 à l’ENSAIA, afin de présenter le projet de la Ferme à des élèves de 2ème année en spécialisation SGE et à leur enseignante Apolline Auclerc. Elle a permis à la Ferme de présenter le contexte politique et social du plateau de Haye et les enjeux qu’elle représente dans son développement. Ainsi que l’avancée de ses plans expérimentaux pour réaliser des recherches sur les techniques agricoles peu mécanisées, respectueuses des sols et de l’environnement. Suite à cette rencontre, un premier travail a été réalisé pendant une semaine en juin 2018 avec 7 étudiants de 2ème année de l’ENSAIA : création de protocoles d’analyses participatifs, pour le suivi de l’impact de différentes pratiques culturales sur des paramètres du sol d’une parcelle de maraichage bio et diversifié.

Proposition de projet pour la fin d’année 2018

Aujourd’hui, afin de continuer le partage des savoir-faire des partenaires au service du développement de la Ferme du Plateau, de nouveaux travaux sont proposés pour 5 élèves de 3ème année de l’ENSAIA en option SGE, entre octobre 2018 et février 2019, suivant les principales étapes décrites ci-dessous :

 1. Diagnostic environnemental du site

 1.1. Etude documentaire

Synthèse des données connues sur le site comprenant des informations pédologiques et hydrogéologiques, une description de l’occupation des sols dans le périmètre d’étude et la compilation de données historiques sur les activités passées. Cette étape se traduira par la réalisation d’un premier schéma conceptuel (carte + système d’information géographique).

 1.2. Investigations de terrain

Sur la base des informations évoquées ci-dessus, un plan d’échantillonnage des sols adapté sera défini afin de diagnostiquer la qualité des sols de la Ferme (fertilité et pollutions) et de réaliser une cartographie plus précise des sols de la Ferme.

 1.3. Interprétation des résultats

Les concentrations en polluants provenant de la zone d’étude seront comparés aux concentrations mesurées dans les sols naturels du secteur. Puis, l’étude de la disponibilité des polluants permettra d’évaluer les risques sanitaires liés au secteur d’étude. Les analyses sur des indicateurs de fertilité physique, chimique et biologique permettront quant à eux d’évaluer si certaines zones sont plus fertiles que d’autres à l’échelle de la Ferme.

 1.4. Proposition de scénario de gestion du site de la Ferme

En fonction de l’analyse pédologique effectuée lors des étapes précédentes, les étudiants proposeront des scénarios afin de valoriser au mieux toutes les fonctions que les sols peuvent joués à l’échelle de la Ferme, et ainsi proposer des usages qui prennent en compte la capacité des sols.

2. Suivi de parcelles expérimentales de maraîchage par les sciences participatives

 2.1. Co-construction de protocoles scientifiques de suivi

Dans un premier temps, l’objectif sera de concevoir ensemble une approche scientifique d’étude de l’impact de différentes pratiques agricoles sur l’évolution des sols de la Ferme au sein des parcelles expérimentales. L’objectif des maraîchers de la Ferme étant de créer des itinéraires techniques complets pour optimiser leur production, tout en répondant aux questions des jardiniers et maraîchers bio du Grand Est. Puis de comparer les différents itinéraires techniques pour déterminer les plus efficaces et rentables selon le contexte. Cette étape de co-construction a démarré en juin 2018 lors d’un projet d’une semaine d’étudiants de 2ème année de l’ENSAIA en spécialisation SGE. Ce projet a permis d’obtenir les bases de protocoles d’analyses permettant d’étudier différents facteurs environnementaux (e.g. structure du sol, populations d’adventices, faune du sol) et d’évaluer l’impact des pratiques culturales (e.g. travail du sol, engrais verts, intrants organiques…) sur ces paramètres. Afin de rendre les protocoles scientifiques accessibles à un public varié, l’ensemble de ces protocoles a été classé par niveaux de difficulté pour permettre à tous publics de participer aux récoltes de données organisées à la Ferme.

 2.2. Phase de test, de compréhension et de faisabilité des protocoles avec différents publics

Bien que le travail réalisé en juin 2018 soit assez complet. Il reste encore une étape de validation et de mise en forme des protocoles. La mise en place de ces protocoles nécessitera une réflexion sur les moyens d’intéresser le grand public, par des expériences ludiques et pédagogiques. L’accent sera mis sur les écoles, MJC et des publics habitués à venir à la Ferme. Ces protocoles d’analyses permettront donc de répondre aux questionnements des maraichers, correspondants à ceux des chercheurs, tout en sensibilisant le public à la démarche scientifique et à l’observation de la nature et sa biodiversité.

Rendu 

Les étudiants encadrés par Apolline Auclerc, s’engagent à rendre un rapport contenant les différentes étapes d’analyses du projet ainsi présenté dans ce document. Une présentation orale des travaux sera également effectuée publiquement avec les acteurs participants et avec ouverture possible à des personnes intéressées par le sujet. La mise en place d’expérimentation scientifique à la Ferme permet de rassembler étudiants, chercheurs et grand public. Toutefois, ces expérimentations demandent une certaine rigueur et des connaissances variées. Ce qui pousse la Ferme à collaborer avec des structures spécialisées dans la recherche comme l’INRA, l’Université de Lorraine et l’ENSAIA. Ainsi, elle peut profiter de leur expérience, tout en améliorant le travail de sensibilisation du grand public réalisé par ses structures. De plus, ce partenariat étant un projet pédagogique dynamisé par des étudiants agronomes, il permettra aussi d’appréhender l’importance de la prise en compte du social dans les projets d’agronomie urbaine. Les sciences participatives représentent alors un outil intéressant pour relier les différents savoir-faire de chaque acteur.

Budget

Les travaux ainsi présentés seront pilotés par l’ENSAIA pour un coût forfaitaire de 4000 € TTC suivant une convention d’aide à la formation incluant la mise en œuvre des travaux (définition des protocoles, échantillonnages, préparation des échantillons, caractérisation de terres), les déplacements sur site, la réalisation de documents pédagogiques, la réalisation d’un document de synthèse et d’une restitution orale.